Il était une fois la révolution

Il était une fois la révolution est un western spaghetti américano-hispano-italien de Sergio Leone sorti en 1971.

En 1913, pendant la Révolution mexicaine, une diligence transportant un homme riche est saisie par un clochard mexicain qui est tenu sous la menace d’une arme par un maréchal. Au départ de la diligence, le clochard est insulté racialement par les passagers. Cependant, au fur et à mesure que l’histoire avance, la diligence est attaquée par une famille de bandits menée par un clochard dont le vrai nom est Juan Miranda. Des hors-la-loi volent un homme riche tandis que Juan viole un passager qui l’insulte. Cependant, les bandits sont intrigués par la série d’explosions qui s’ensuit et prévoient de se rapprocher.

John H. Mallory, membre de la CISR et expert en démolition, a rencontré les hors-la-loi en passant à moto. Après que Juan ait tiré sur le vélo et l’ait arrêté, John descend du vélo. Juan découvre ses prouesses avec la dynamite et la nitroglycérine et demande à John de l’aider à cambrioler la Banque nationale de Mesa Verde. John refuse, mais ordonne à Juan de réparer le vélo. Après avoir réparé le vélo, John se prépare à partir, mais Juan tire à nouveau sur le vélo, le rendant inutile. John fait exploser la diligence pour se venger et s’en va. Juan dit qu’il le trouvera.

Plus tard dans la nuit, John s’est réveillé dans la chapelle pour entendre des gens venir le chercher. Il place un explosif à l’intérieur et s’échappe à l’extérieur, où il active le détonateur. Lorsque l’équipe est arrivée à la chapelle pour trouver Juan, Juan l’a repéré venant par derrière et a poussé le détonateur. En fait, les Mexicains l’ont blâmé sur les soldats, et ce sont les soldats (et non la famille de Juan, comme le pensait John) qui ont perdu la vie dans la chapelle. Juan l’accuse du meurtre de plusieurs soldats, fait de lui un criminel recherché et propose de le «protéger» en échange d’aide. John accepte à contrecœur d’aider Juan à braquer une banque, mais s’échappe en route vers Mesa Verde.

John arrive en ville avant Juan et prend contact avec les révolutionnaires mexicains dirigés par le Dr Juan. Villega se lève et accepte d’utiliser des explosifs pour eux. Lorsque Juan arrive, John l’introduit dans les rangs des révolutionnaires. La banque a été capturée lors de l’attaque de l’armée révolutionnaire contre l’armée mexicaine. Juan n’était intéressé que par l’argent de la banque, mais a été choqué d’apprendre que la banque n’avait pas d’argent et servait plutôt de prison politique pour l’armée. John, Juan et sa famille ont finalement libéré des centaines de prisonniers, faisant involontairement (et contre sa volonté) de Juan un « grand, grand, glorieux héros révolutionnaire ».

Les révolutionnaires sont chassés dans les montagnes par un détachement militaire dirigé par le colonel Gunther Reza. John et Juan se portent volontaires pour les arrêter avec deux mitrailleuses et de la dynamite. La majeure partie du détachement mexicain est détruite en traversant le pont que John fait exploser. Le colonel Reza survit dans une voiture blindée. Après la bataille, John et Juan découvrent que la plupart de leurs compagnons, dont le père et les enfants de Juan, ont été tués par l’armée dans une grotte utilisée par les rebelles comme cachette. Désemparé et enragé, Juan part seul combattre l’armée, est capturé et emmené dans un camp militaire. John se faufile dans le camp, où il voit plusieurs autres révolutionnaires exécutés par un peloton d’exécution. Ils venaient du Dr. Villega en a été informé et a été torturé par le colonel Reza et ses hommes. Pour John, les souvenirs d’une trahison similaire par son meilleur ami irlandais Nolan reviennent en force. Dans un flashback, après avoir révélé l’identité de John, Nolan tue deux gardes britanniques et tue Nolan, forçant John à fuir l’Irlande. Juan affronte son peloton d’exécution, mais John fait exploser le mur avec de la dynamite en un rien de temps. Ils s’enfuient sur la moto de John.

John et Juan se cachent dans un wagon d’animaux dans un train à destination de l’Amérique. Il s’arrête pour ramasser le tyrannique gouverneur Don Jaime, qui est en fuite (avec une petite fortune) de l’armée révolutionnaire de Pancho Villa et Emiliano Zapata. Lorsque le train s’arrête et tombe dans une embuscade, John est obligé de tirer ou de soudoyer le gouverneur pour tester la loyauté de Juan. Juan assassine Jaime et vole également le butin du gouverneur. Lorsque les portes de la voiture s’ouvrent, Juan est accueilli par une foule nombreuse et de manière inattendue salué une fois de plus comme le grand héros de la révolution. L’argent est emporté par le général révolutionnaire Sant’Erna.

John et Juan, qui rejoignent un peloton avec des commandants de l’armée révolutionnaire, rejoignent le Dr. Villega s’échappe. Seul John connaît la trahison de Villega. Ils apprennent que les forces de Pancho Villa sont retardées de 24 heures et que dans les heures qui suivent la soirée, un peloton d’armée de 1 000 hommes et d’artillerie lourde, dirigé par le colonel Reza, réprimera sûrement la rébellion. John suggère de charger la locomotive avec de la dynamite et de l’envoyer dans un train de l’armée mexicaine. John a besoin d’un autre homme, mais choisit un médecin à la place de Juan, qui s’est porté volontaire. Villega. Villega se rend compte que Jon est au courant de la trahison, mais Jon dit qu’il avait l’habitude de juger les gens, mais pas maintenant. John le supplie de sauter de la locomotive avant de la percuter, mais Villega se sent coupable et reste à l’intérieur. Alors que John sautait en même temps, les deux trains sont entrés en collision et ont explosé, tuant Villega et plusieurs soldats mexicains.

L’armée révolutionnaire leur tend une embuscade avec succès, mais alors que John s’approche de Juan, il est abattu dans le dos par le colonel Reza. Enragé, Juan a abattu le colonel avec une mitrailleuse. Alors que John est allongé sur son lit de mort, il continue de se souvenir de Nolan et de la jeune femme qu’ils aimaient. Juan s’agenouille à côté d’elle et demande au Dr. Villega. John garde le secret du médecin et dit à Juan qu’il est mort en héros révolutionnaire. Lorsque Juan appelle à l’aide, John, mortellement blessé et sachant que sa fin est proche, déclenche une seconde explosion qu’il a secrètement préparée au cas où la bataille tournerait mal. Huang, horrifié par la mort soudaine de son ami, a regardé le cadavre brûlant de John, puis s’est tourné vers la caméra et a demandé frénétiquement.
« Alors et moi ?

Titre originalGiù la testa
RéalisationSergio Leone
ScénarioSergio Donati
Sergio Leone
MusiqueEnnio Morricone
Acteurs principauxRod Steiger
James Coburn
Romolo Valli
Sociétés de productionRafran Cinematografica
Euro International Films
San Miura
United Artists
Pays de production Italie
Espagne
États-Unis
GenreWestern, guerre
Durée157 minutes
Sortie1971
Cet article a-t-il été utile?
OuiNon
Show Buttons
Hide Buttons