ven. Déc 2nd, 2022

Peugeot 205

La Peugeot 205 est un modèle automobile du segment B produit par le constructeur français Peugeot. Elle est l’un des modèles phares du constructeur, qui le sauve d’une situation financière délicate après l’achat de Chrysler Europe. Elle est fabriquée de 1983 à 1998 à 5 278 300 exemplaires, ce qui fait d’elle la Peugeot la plus produite jusqu’à ce que la 206 la dépasse. Elle est la voiture la plus vendue en France en 1984 et 1985, succédant à la Renault 5, et de nouveau en 19901, disputant la première place à sa principale rivale, la Renault Supercinq.

La 205 est issue du projet M24 sur lequel Peugeot travaille depuis fin 1977. Le premier prototype est né en 1981, la production a commencé fin 1982 et il est sorti le 23 février 1983. La 205 a cessé sa production fin 1998 après la production et la vente de la 206.

La 205 est aussi une voiture mythique de l’histoire du sport automobile grâce à sa version Turbo 16, qui remporta les titres Pilotes et Constructeurs du Championnat du Monde des Rallyes en 1985 (Salonen) et 1986 (Kankkunen) aux mains d’Ari Vatanen, Timo Salonen et Juha Kankkunen, Viennent ensuite le Paris-Dakar en 1987 (Vatanen) et 1988 (Kankkunen), et le Championnat de France des Rallyes en 1988 (Guy Fréquelin), 1989 (Philippe Wambergue) et 1990 (Jean-Manuel Beuzelin).

La 205 tient une place à part dans l’histoire de la marque. C’est elle qui a sauvé Peugeot. Il apparaît encore comme un clin d’œil dans de nombreuses publicités contemporaines de la marque. En 1982, une grève prolongée mobilise Talbot. La 205, sortie l’année suivante, relance le site de Poissy avec un avenir auquel personne ne croyait. Dans le même temps, compte tenu du succès du modèle, l’usine PSA de Sochaux et l’usine PSA de Madrid démarrent également la production de la 205 destinée au marché espagnol, équipée d’un « moteur Poissy ». Le potentiel de production initial était d’environ 800 unités/jour, qui a finalement augmenté à environ 2 400 unités/jour.

Évolutions de la 205 (marché français)

Fin 1977

  • La 205 apparaît dans une première étude avec pour nom de code M24.

1981

  • Le premier prototype de la 205 sort des ateliers Peugeot.

1982

  • La production est lancée à l’usine de Mulhouse en décembre.

1983

  • Le 23 février, sortie de la 205, en carrosserie 5 portes, 5 versions (base, GL, GR, SR et GT). Quatre motorisations différentes, il s’agit des « moteurs X » de la Française de Mécanique : XV8 (954 cm3, 45 ch), XW7 (1 124 cm3, 50 ch), XY7 (1 360 cm3, 60 ch) et XY8 (1 360 cm3, 80 ch).
  • Sortie en septembre, des versions diesel GLD, GRD et SRD équipées du moteur XUD7 1.8 (1 769 cm3, 60 ch). La 205 diesel sera pendant longtemps beaucoup utilisée dans les versions Auto-école et commerciale 3 portes par les entreprises. Avec 3,9 L de gazole aux 100 km, la 205 est une championne de l’économie avec pour la première fois une motorisation diesel équivalente en performances à la version essence, en conduite usuelle.

Peugeot 205 Lacoste 3 portes

Peugeot 205 Lacoste 3 portes

Peugeot 205 Rallye (non d’origine)

1984

  • 1er mars, sortie et commercialisation de la 205 GTI 1.6 (moteur XU5J : 1 580 cm3, 105 ch DIN).
  • Commercialisation de la 205 Turbo 16 série 200 (moteur XU8T : 1 775 cm3, 200 ch) en mars à 200 exemplaires, pour l’homologation en Groupe B des 20 exemplaires de 205 Turbo 16 Évolution 1.
  • 1re victoire de la 205 Turbo 16 en championnat du monde des Rallyes.
  • Apparition des versions 3 portes : XE, XL, XR et XT pour les essences ou XLD et XRD pour les diesels (année modèle 1985).

1985

  • La GTI 1.6 est disponible en 125 ch sous forme d’un kit routier Peugeot-Talbot Sport (dit kit PTS) tandis que la version 105 ch poursuit sa carrière.
  • En Rallye, Timo Salonen est sacré champion du monde des conducteurs et Peugeot, champion du monde des constructeurs grâce à la 205 T16 (Turbo 16). Apparition de la 205 T16 Évolution 2 au Tour de Corse.
  • La millionième 205 sort de l’usine de Mulhouse le 9 décembre à 17 H 20.

1986

  • Sortie de la 205 Automatic (moteur XU51C : 1 580 cm3, 80 ch avec carburateur simple corps).
  • Sortie de la 205 cabriolet en deux versions : CT (moteur XY8 : 1 360 cm3, 80 ch) et CTI (moteur XU5JA : 1 580 cm3, 115 ch). Sa carrosserie est due à Pininfarina.
  • Naissance de la Junior sous la forme d’une série spéciale. Elle reprend le moteur de la XE, mais sa présentation est plus attrayante : sièges en Jean’s et moquette bleue sont au rendez-vous. Les couleurs proposées sont blanc Meige et gris Futura. La carrosserie est ornée de bandes latérales unies rouges, bleues et vertes. L’équipement est minimaliste, la lunette arrière dégivrante est en option. Son prix : 46 900 F.
  • Mars 1986, une option 115 ch est proposée sur la 205 GTi 1.6i (moteur XU5JA/K). Cette option s’impose auprès des clients et sera proposée en série en décembre 1986, provoquant l’arrêt de la 205 GTI 105 ch (moteur XU5J).
  • La version GTI 1.6 105 ch est supprimée (année modèle 1987).
  • Sortie de la 205 GTI 1.9 (moteur XU9JA : 1 905 cm3, 130 ch) fin décembre 1986.
  • Grâce à la 205 T16, Juha Kankkunen est champion du monde conducteurs des Rallyes et Peugeot champion des constructeurs pour la seconde fois.

1987

  • Ari Vatanen et son coéquipier Bernard Giroux gagnent le Paris Dakar sur 205 T16 Grand Raid.
  • Sortie de la série spéciale 205 Open, animée par le même moteur que la 205 Automatic (XU51C), mais avec une boîte manuelle.
  • La 205 abandonne ses « moteurs X » hérités de la 104, les XV8 (954 cm3, 45 ch), XW7 (1 124 cm3, 50 ch), XY7 (1 360 cm3, 60 ch) et XY8 (1 360 cm3, 80 ch) pour les « moteurs TU » de conception plus moderne et issus de la Citroën AX. Les cylindrées sont exactement les mêmes, la consommation baisse très légèrement et les puissances sont les suivantes : TU9 (954 cm3, 45 ch), TU1 (1 124 cm3, 55 ch), TU3 (1 360 cm3, 65 ch) et TU3S (1 360 cm3, 85 ch) (année modèle 1988).
  • Pour le millésime 1987, la 205 commerciale sera montée avec le « moteur Poissy » d’origine Simca-Talbot, (E1E 1 118 cm3, 55 ch et G1E 1 294 cm3, 65 ch). Cette motorisation sera également utilisée sur d’autres versions à l’export.
  • L’aménagement intérieur est entièrement repensé avec une nouvelle planche de bord mieux finie et de nouveaux revêtements intérieurs (sièges, contre-portes), ainsi que les rétroviseurs extérieurs et bras d’essuie vitre qui se modernisent.
  • La Junior entre dans la gamme 205. Elle arbore les couleurs blanc Meije, gris Futura ou rouge. Elle existe maintenant aussi en 5 portes.

1988

  • Juha Kankkunen gagne le Paris Dakar grâce à la 205 T16 Grand Raid.
  • Apparition de la Rallye 1.3, qui au départ a été commercialisée sous forme de série spéciale de 5 000 exemplaires et qui a ensuite été intégrée à la gamme normale à la suite de ses ventes. Cette version dépouillée, nécessitant très peu de préparation pour être engagée en compétition, était étudiée pour être compétitive dans la classe « moins de 1 300 cm3 » ; son moteur est issu du TU1, avec une augmentation de cylindrée à 1 294 cm3 et alimentation par deux carburateurs double-corps Weber : c’est le TU24 (1 294 cm3, 103 ch).
  • Le moteur TU3 (1 360 cm3, 65 ch) devient TU3A (1 360 cm3, 70 ch) (année modèle 1989).
  • Le cabriolet CT est remplacé par le CJ (moteur TU3).

1989

  • La version XT est supprimée.
  • La boîte de vitesses BE3 (marche arrière en bas à droite) remplace la BE1 (marche arrière en haut à gauche) sur toutes les versions à moteur XU (essence et diesel, sauf Automatic).
  • La 205 Roland Garros fait son apparition dans la gamme

Vue arrière d’une 205 GTI 1.9

Peugeot 205 GTI 1.9

1990

  • Toutes les 205 reçoivent des clignotants blancs à l’avant et des feux arrière rouge/noir ainsi que le feu de brouillard de série au 01/07/90 soit AM 91.
  • La planche de bord passe du gris au noir, les planches beiges et bleues restent inchangées
  • Commercialisation de la série spéciale GTI Griffe (moteur 1.9) limitée à 1652 exemplaires (marché français et export confondus).
  • Présentation de la D turbo (moteur XUDT 7 : 1 769 cm3, 78 ch) avec des performances très proches de la petite sportive GT.

1991

  • Le moteur TU3A (1 360 cm3, 70 ch) devient TU3F2 (1 360 cm3, 75 ch).
  • Apparition de l’Indiana (moteur TU3) de juillet à décembre 1991.
  • Commercialisation de la série spéciale Le Mans, produite à 84 exemplaires destinés exclusivement au marché suédois. Il s’agit d’une GTI catalysée de 122cv de couleur bleu Miami avec des equipments spécifiques.
  • Apparition de la Gentry, une finition luxueuse 3 portes, visant à concurrencer la Renault Clio Baccara. Elle est catalysée (moteur XU9J1/Z : 1 905 cm3, 105 ch, également monté sur les cabriolets CTI, ainsi que sur les 205 Rallye 1.9 exportées vers les pays aux normes antipollution plus strictes). Elle est disponible en boîte automatique comme en manuelle. Deux teintes sont au choix : vert Sorrento ou beige Mayfair. La Gentry n’est pas une GTi.

1992

  • Une version diesel de la Junior fait son apparition avec le moteur 1.8 de 60 ch et une boîte 4 vitesses (5 en option)
  • La version XL/GL est remplacée par la Color Line (année modèle 1993).
  • La version D turbo (finition équivalente à XS) est disponible en XRDT et GRDT (3 et 5 portes) à l’équipement plus léger.

1993

  • Les normes antipollution imposent l’adoption sur tous les moteurs essence (TU et XU) de l’injection électronique (c’est déjà le cas des XU proposés sur la 205, sauf sur Automatic) et d’un pot catalytique.
  • Le moteur TU9 (954 cm3, 45 ch) devient TU9M/Z (954 cm3, 50 ch) (« /Z » signifiant « catalyseur »).
  • Le moteur TU1 (1 124 cm3, 55 ch) devient TU1M/Z (1 124 cm3, 60 ch).
  • Le moteur TU3F2 (1 360 cm3, 75 ch) devient TU3M/Z (1 360 cm3, 75 ch).
  • Disparition des moteurs XU5JA et TU24, donc des versions GTI 1.6 et Rallye 1.3.
  • La GTI 1.9 passe de 130 à 122 ch (moteur XU9JA/Z), tandis que la CTI adopte le 1.9 de la Gentry (moteur XU9J1/Z : 1 905 cm3, 105 ch).
  • Les moteurs TU3S (1 360 cm3, 85 ch) et XU51C (1 580 cm3, 80 ch) sont supprimés : l’Automatic, la XS et la GT changent alors toutes de moteur et adoptent le XU5M3/Z (1 580 cm3, 89 ch)
  • Arrêt de la version XS, les GTI, CTI et Gentry continuent jusqu’à la fin de l’année. 298 345 GTI ont été vendus en Europe.

La gamme 205 est sérieusement épurée et ne compte plus de modèles sportifs, qui ont pourtant nettement contribué au succès du modèle, véritable mythe des années 1980.

1994

Peugeot 205 « Forever », spéciale marché belge.

  • Le cabriolet CJ est remplacé par le Cabriolet. Sortie de la 205 F adaptée par Gruau
  • Une série spéciale pour le marché belge est ajoutée se dénommant « Forever », cette série spéciale correctement équipée était destinée aux jeunes mariés.
  • Année modèle 1995 : seules les versions Sacré Numéro et Cabriolet survivent.

1995

  • Le Cabriolet disparaît à son tour.

1996

  • La Sacré Numéro est remplacée par la 205 Génération fin 1996. Celle-ci marque la fin de la production et se caractérise par son intérieur en velours bleu, son tableau de bord revu et un volant bombé. Par rapport à la Sacré numéro, elle perd sa jupe avant sport type rallye et les sièges baquets. Huit couleurs sont proposées au catalogue : blanc Banquise, gris Quartz métallisé, vert Mayerling métallisé, bleu Génésis métallisé, bleu Miami métallisé, gris Château métallisé et rouge Vallelunga. Seules deux motorisations sont disponibles : le 1.4i essence de 1 360 cm3 et le 1.8 diesel de 1 769 cm3.

Arrêt de la 205 F

1997

  • À partir du 1er février 1997, le diesel 1,8 l. est catalysé à la suite de l’évolution des normes antipollution.

1998

  • À la suite du lancement de la Peugeot 206 en septembre, la production de la 205 s’arrête peu après, après seize années de carrière.
Was this article helpful?
YesNo
Show Buttons
Hide Buttons